samedi 24 mars 2018

L'heure du choix.... la chance d'avoir ce choix...

Nous avons reçu des réponses à nos envois de candidatures aux OAA moins d'une semaine après ! Enfin 3 réponses sur 5 ! Les 3 étaient positives... enfin plus précisément l'une était ok pour Haïti (mais nous avions candidaté sur un autre pays). C'est nous qui étions moins d'accord. Nous ne nous voyons pas du tout aller rencontrer notre enfant, passer 15 jours sur place avec lui puis revenir en France et attendre 1 à 2 ans avant de retourner le chercher. Inenvisageable dans nos petites caboches. D'ailleurs on se demande comment les autorités Haïtiennes peuvent envisager cela... L'enfant rencontre ses parents et hop un petit abandon de plus ! C'est pas grave chéri on reviendra te chercher dans un an ou deux !
Bref Haïti non ! Et quand on peut choisir c'est encore plus facile de dire "non" c'est certain...
Puis nous avons été invité à des entretiens ou réunions par les 2 autres OAA afin de voir si notre profil pouvait leur convenir.
Après entretien, questionnaire et tout le toutim... nous avons été retenu et nous avons choisi. Nous savons donc maintenant sur quel continent nous adopterons notre second petit bout. Nous attendons maintenant la suite... avec une impatience folle... Nous avons l'air serein mais en vrai c'est explosif à l'intérieur :-)

Il y a 5 ans jour pour jour, nous apprenions l'existence d'un petit garçon de 7 mois. C'était le 24 mars 2013. Ce matin je réfléchissais (oui oui !) et me disais "mais comment avons-nous fait pour tenir plus de 3 ans ?".... C'est ce 24 mars 2013 qui fait que l'on a tenu... Ce jour là, nous sommes devenus parents. Nous ne savions pas ce que cela impliquait, quelles joies nous vivrions plus tard avec lui... Et heureusement car nous n'aurions pas tenu... ou dans la souffrance extrême ! Aujourd'hui que nous connaissons ce qu'est le bonheur d'être parents, je n'arrive pas à concevoir une attente de 3 ans telle que nous l'avons vécu. Quand on sait ce que l'on manque, le manque est encore plus difficile... Enfin, c'est mon sentiment...

C'est très difficile pour nous de nous projeter avec un OAA et un pays. Nous avons une peur sourde qui nous anime. Celle de revivre une histoire comme celle que nous avons vécu avec la RDC. Même si nous faisons partie de ceux qui ont eu la chance d'enfin rencontré leur enfant, notre confiance est sacrément émoussée. Notre choix a été très difficile et il est encore aujourd'hui source d'incertitudes et donc d'inquiétudes....

Je ne peux en dire plus sur ce choix pour le moment mais bientôt peut-être...

vendredi 16 février 2018

C'est parti !!

Ça y est ! Le graal est enfin arrivé aujourd'hui après une attente insurmontable (au moins !). Et oui... nous avons beau avoir connu l'attente la plus longue de notre vie avant l'arrivée de Mattmatt, nous sommes toujours aussi impatients !
Le conseil départemental a donc accepté la modification de notre notice.
Nos dossiers de candidature étaient prêts, archi prêts, ils partiront donc demain par la poste. Il n'y a plus qu'à espérer que nous retenions l'attention d'un OAA.
Mattmatt a déjà annoncé à toute l'école qu'il allait avoir un petit frère qu'il appellerait Tom. Papa et maman sont moyennement d'accord et moyennement confiants !
Nous voilà repartis pour l'attente... Celle des réponses. Viendra ensuite, nous l'espérons, celle du coup de fil tant attendu... Advienne que pourra !

vendredi 26 janvier 2018

On avance doucement...

et on espère surement...
Nous sommes repassés en commission d'agrément mercredi dernier suite à une demande pour faire changer notre notice. La période d'enquêtes sociale et psy était passée tellement rapidement (ou bien simplement la vie va tellement plus vite quand on a déjà la chance d'avoir un ptit bout avec soi) que nous n'avions pas eu assez de temps pour définir clairement nos ouvertures à des particularités de santé.
Nous avons fait le choix d'adopter un second (si on a de la chance) qui pourrait avoir besoin d'une chirurgie ou un suivi médical particulier. Je ne rentrerai pas dans les détails ici car ce sera son histoire mais voilà pourquoi nous repassions en commission. Nous croisons les doigts car la réponse devrait arriver en début de semaine prochaine. Nous avons eu deux avis favorables mais bon... sait-on jamais !
Nous avons candidaté pour un pupille français et avons déjà prospecté quelques OAA plutôt pour l'Asie : Vietnam, Thaïlande, Chine... Le destin décidera pour nous car il s'agit encore une fois d'être acceptés quelque part sachant que nous avons déjà un enfant à la maison et que le nombre d'adoptions diminuent énormément d'année en année.

La vie continue et les projets se dessinent doucement...


Disputer ou discuter

Difficile de noter toutes les petites anecdotes du quotidien qui nous font sourire... mais aujourd'hui nous en avons eu de belles !

Mattmatt se matin au réveil :
- Mamannnn ?
- Oui mon coeur
- Tu sais moi je me suis discuté avec Maëlle hier dans la cour !
-  (qui ne relève pas tout de suite la faute) Ah bon ! mais pourquoi tu t'es disputé avec lui ?
- Je me discute parce qu'il ne voulait pas prêter son ballon
- D'accord mais bon tu sais on ne dit pas discuter mais disPUter
- silence...
- essaye de dire "disputer"
- dis....pcpcccuter ( en crachant tout ce qu'il peut)
- non, alors répète : disssss
- disssss
- PUTER
- CUTER !
- non PU... dis PUUUUU
- discuter !

Papa arrive et là on rigole avec mattmatt. On essaye désespérément de lui faire prononcer comme il faut mais on voit bien que c'est compliqué (il n'a pas de défaut de prononciation habituellement).

- Répète "PUUUUUTEEEE"
et là... on se regarde et on se dit intérieurement qu'on est tombé bien  bas !!!:D
Matthieu en désespoir de cause essaye une dernière fois :
- PUTTTT AINNNN!! avec un grand sourire !

Voilà voilà... on n'est pas arrivé !!!!


Et pour finir, ce soir en rentrant de l'école, Matthieu allume l'aquarium et passe un bon moment devant puis finit par me dire :
- Mamannnnn, je veux manger un poisson ! Je peux ?
- Euh non on ne mange pas ces poissons là !
- Pourquoi ? Ils ne sont pas  beaux ?
- Moi à cours d'argument : euh  non ils sont juste trop petits !
- Mais c'est pas graaaave maman, j'en mange plein plein plein !

Logique implacable...

jeudi 14 décembre 2017

Sauter dans les flaques

Nous avons eu très récemment l'occasion de participer à une équipe éducative au sujet de notre fils. Nous y avions convié la psychomotricienne et la psychologue qui suivent ptit bout depuis 10 mois. La psychologue scolaire, la directrice et bien sur la maîtresse étaient là également. Nous étions réunis pour échanger sur les problèmes que l'équipe rencontrait à l'école avec Mattmatt. Sans rentrer dans des détails qui ne concernent pas le web, nous avons trouvé que c'était un moment plutôt positif. Nous n'avons rien appris sur notre fils mais entendre les différents acteurs de son quotidien étaient rassurant.
Rassurant parce que l'on voit que dans l'ensemble ils ont plutôt bien perçu notre fils et ses difficultés. Rassurant également parce qu'ils ont reconnu que ses difficultés étaient pour beaucoup dû à son développement psycho-affectif et qu'il fallait simplement de la patience. Nous avons eu le sentiment que la maîtresse attendait des solutions concrètes mais peut-on lui en vouloir ?

Bref, nous sommes restés là-dessus espérant que les choses évolueront positivement dans les mois à venir. C'est vrai, ptit bout veut toucher le visage des autres enfants, c'est vrai quand il n'est pas d'accord pour faire un atelier, il se braque et il part jouer sans demander son reste. C'est vrai, il a un caractère de cochon  fort parfois... mais de temps en temps, durant une histoire lue par une conteuse, il va se lover dans les bras de son ancienne atsem. Celle qui l'a accueilli l'an dernier, celle qui a l'age de mamie et qui est douce et qui ne lui demande pas de faire des lignes sur une feuille. Et là... il se relache et s'apaise.
En arrivant ce soir à la garderie, une des animatrices m'a accueillie en me disant que ptit bout avait fait la tête après s’être fait gronder parce qu'il avait sauté dans des flaques et éclaboussé ses copains (ajoutez à cela l'air dramatique de l'animatrice), que cela lui arrivait souvent de pousser les autres...

C'est idiot mais c'était le truc de trop... Je lui ai dit sans retenue que je ne voulais plus entendre tout ça, que j'arrivais la boule au ventre à l'école tous les soirs par peur que l'on me dise ce que mon fils avait fait de mal ce jour là, qu'il n'était là que depuis 1 an et demi. Oui il a connu la collectivité mais une collectivité sans règles strictes avec les grands qui font leur loi etc.
Je n'ai pas regretté d'avoir lâché ce que je retenais depuis 3 mois. Elle m'a tout de suite dit de ne pas m'inquiéter et qu'ils feraient attention de nous rapporter que les choses vraiment importantes et que c'était bien que je lui ai dit tout ça, que cela lui permettait de mieux comprendre....
Juste après j'ai croisé l'ancienne maîtresse de ptit bout (qui était là lors de l'équipe éducative)... Elle m'a dit des mots simples, rassurants.
Elle a parlé de patience, d'attachement, de progrès, de rires, de résilience...  Je me dit que cette enseignante là, elle a tout compris... Ce soir son sourire nous a réchauffé. On était bien là... pour une fois, ptit bout ne voulait pas fuir de l'école, il restait à côté de moi, apaisé, confiant.

Je crois que le plus difficile dans tout ça n'est absolument pas de voir que mon fils n'en est pas au même stade que les autres enfants mais de devoir se justifier, se raconter, le raconter encore et toujours pour qu'il ait une "excuse" d'être comme il est.

Parce que quand même quand on y pense, c'est simplement un enfant qui veut toucher les cheveux des filles, qui veut sauter dans des flaques et qui préfère jouer plus que tout autre chose.